vidéosurveillance caméra urbaine

Objectif de la vidéoprotection

La vidéosurveillance urbaine peut être utilisée dans cinq cas :

  • Protection des bâtiments et installations publiques.
  • Sauvegarde des installations utiles à la défense nationale.
  • Régulation du trafic routier.
  • Constatation des infractions aux règles de la circulation.
  • Prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens.

 

Qui peut installer les caméras ?

Seules les autorités publiques peuvent filmer la voie publique. Le maire ou une autorité de police peut demander l'installation de caméras de vidéosurveillance.

Ils doivent demander une autorisation d'installation à la préfecture de police au préalable.

Ils peuvent faire appel à une entreprise privée pour l'installation des caméras. La commune ne peut en revanche pas demander à une entreprise privée d'exploiter les images, elles doivent être visualisées par des salariés de la commune.

technicien vidéoprotection urbaine

 

csu centre supervision urbain

Qui peut visionner les images ?

Seules les personnes déclarées dans la déclaration préfectorale peuvent visionner les images. Dans une ville, ce sont généralement les agents du centre de supervision urbain, cela peut être des élus, ou bien le maire.

Dans la déclaration préfectorale, il est possible d'autoriser plusieurs personnes à pouvoir visualiser les images, ou bien un service. Déclarer un service évite de devoir modifier la déclaration préfectorale en cas de turn-over.

Les agents doivent être formés régulièrement au règles de la vidéoprotection urbaine.

 

La règlementation

La durée de stockage des images ne doit pas excéder 30 jours.

Le système doit être autorisé par le préfet, cette autorisation est valable 5 ans, elle est renouvelable.

C’est la commune qui doit faire la demande d’autorisation préfectorale, elle peut être aidée par l’installateur notamment pour établir les plans.

Le système ne doit pas permettre la visualisation de l'entrée ou de l'intérieur des immeubles. Des masques doivent être paramétrés dans les caméras pour flouter ces zones.

policiers municipaux caméra vidéoprotection urbaine

 

IMAGE

Des panneaux d’information doivent être affichés aux entrées de ville, ou sur les mâts équipés de caméras. Ces panneaux doivent afficher le nom de la commune, et les modalités d’accès aux enregistrements : le numéro de téléphone de la mairie ou du centre de supervision.

Il n’y a pas de déclaration à faire auprès de la CNIL.

Un registre des activités de traitement doit être établi, il doit préciser ce que vous faites des données personnelles (images enregistrées).

 

Où installer les caméras ?

Les caméras de vidéosurveillance doivent être installées en collaboration étroite avec les services de police qui ont une connaissance fine du territoire.

Elles peuvent filmer les entrées de la ville, les zones de délits, les axes de passages obligés, les zones de manifestations, certains commerces, les écoles, les marchés…

Les habitants, les comités d'intérêt de quartiers ou les associations de commerçants sont les premiers concernés, ils peuvent aider les autorités à définir les meilleurs emplacements des caméras.

vidéoprotection urbaine

 

police municipale écrans vidéosurveillance

Combien ça coûte ?

Le prix d’installation d’une caméra de vidéosurveillance urbaine avec son système d'enregistrement varie entre 10.000 et 15.000 euros. Le centre de supervision urbain (CSU) peut couter quelques milliers d’euros selon le nombre d'opérateurs.

L’état subventionne une partie de l’installation sous certaines conditions avec le Fonds Interministériel pour la Prévention de la délinquance (FIPD). Le taux de subvention accordé est calculé au cas par cas, en fonction des priorités, et de la capacité financière de la collectivité. Il est généralement compris entre 20% et 50% de l'installation.

 

Globalement, plus une commune est modeste, plus elle a des chances d'obtenir une subvention, les communes riches en reçoivent rarement.

La subvention FIPD est accordée après examen des référents sûreté, qui donnent leur avis sur la pertinence des emplacements de caméras par rapport aux risques de délinquances.

Les communes doivent ensuite supporter seules les frais d'entretiens, et les salaires versés aux opérateurs de vidéosurveillance. On estime en moyenne que pour 100€ investis, la commune devra dépenser 30€ par an pour maintenir son installation en bon état de fonctionnement. Cela comprend le nettoyage régulier des caméras, le remplacement du matériel défaillant, les dégradations, les mises à jour logicielles...

technicien caméra vidéosurveillance urbaine

 

caméra vidéoprotection

Conseils pour une installation durable

Pour une installation de vidéosurveillance durable dans votre ville, vous pouvez appliquer les recommandations suivantes :

Privilégiez les câblages en fibre optique ou cuivre, avec du courant permanent à proximité. Évitez les coffrets d'alimentation sur batterie qui se rechargent la nuit, les batteries doivent être changées tous les quatre ans en moyenne.

Si vous installez des fibres optiques dans la commune, surdimensionnez le nombre de brins des fibres, le nombre d'équipements à connecter au réseau est grandissant et le surcout n'est pas significatif.

 

Évitez les antennes radio, les images peuvent subir des perturbations en cas de mauvaises conditions climatiques, elles peuvent même perdre leur alignement avec l'antenne émettrice lors de fortes rafales de vent, ou même faire l'objet de piratages.

Installez des marques reconnues de caméras. Des caméras à bas coût vous fera faire des économies à l'achat, mais vous devrez probablement les changer plus rapidement que des caméras de bonne qualité.

Privilégiez aussi l'installation de logiciels de gestion vidéo (VMS) leaders du marché comme Milestone ou Genetec.

caméra vidéoprotection urbaine

 

caméra vidéosurveillance urbaine

Installez des caméras fixes plutôt que des mobiles. La durée de vie moyenne des caméras fixes est d'environ 10 ans alors que les mobiles ne durent généralement que 5 ans.

Mettez en place des protections mécaniques type plexiglass sur les caméras dans les zones sensibles et des alarmes lorsqu'elles font l'objet de vibration importantes, vous serez ainsi rapidement prévenus lorsqu'on s'attaque à elles.

Évitez d'installer des équipements actifs dans les chambres de tirage, elles sont souvent inondées, et les coffrets qui accueillent les équipements ne sont jamais étanches à 100%.

 

Laissez des fourreaux vides en attente à chaque fois que vous réalisez des travaux de voirie dans votre ville, en prévision des futures installations de caméras.

Mettez régulièrement à jour le logiciel de vidéosurveillance, pour éviter les attaques informatiques.

Mandatez périodiquement un audit de sécurité avec des tests d'intrusion, pour mettre en place des mesures correctives, et réduire les risques d'attaque du réseau.

centre de supervision urbaine CSU

 
support vidéosurveillance


Questions ou conseils ?

Tel. : 01 84 25 69 50

tous les jours de 9h à 19h

petit logo videosafe

146 Boulevard Diderot
75012 Paris
France